De nouvelles mesures pour améliorer la santé mentale des Français pour faire face aux conséquences de la Covid-19

La santé mentale est un sujet trop longtemps oublié par les politiques publiques depuis des dizaines d’années. La crise de la Covid-19 a mis particulièrement en exergue cette réalité et nous avons pu tous le constater : la santé mentale (dépression, anxiété, …) des français s’est dégradée ces derniers mois, tout particulièrement chez les enfants, les jeunes et les personnes les plus vulnérables.

Fort de constat, nous avons mis en place des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie qui ont eu lieu lundi 27 et mardi 28 septembre avec pour ambition de donner à la santé mentale et à la psychiatrie la place qui leur revient, une place à la hauteur de l’enjeu pour le quotidien des Français. 

Voici les annonces faites pour remettre la santé mentale au coeur de notre politique de santé publique 

Lors de la clôture de ces Assises, le président de la République a annoncé concentrer son action sur la prévention des troubles psychiques, l’organisation de l’offre de soin et l’investissement dans la recherche. Aujourd’hui

  • 1 Français sur 5 à un trouble psychique, soit 13 millions de personnes. 
  • 15 % des 16-25 ans connaissent un épisode dépressif caractérisé. 

Avec plus de 23 milliards d’euros par an, les dépenses remboursées au titre de la souffrance psychique et des maladies psychiatriques sont le premier poste de dépenses de l’Assurance maladie. Voici les mesures qui ont été annoncées pour améliorer cette situation :

➜ Dès 2022, l’Assurance maladie remboursera les consultations de psychologues libéraux de tous les français dès l’âge de 3 ans. Ce forfait de huit consultations, qui sera proposé à partir de 2022, pourra être renouvelé si la prescription médicale le propose.

  • 40 € pour la 1ère séance
  • 30 € pour les suivantes

800 postes seront créés dans le secteur et 80 millions d’euros seront dédiés aux centres médico-psychologiques dès 2022, afin de réduire au maximum les délais d’attente.

La prévention : développement des premiers secours en santé mentale dans tous les secteurs de la société.

Les enfants et adolescents

  • création d’une maison des adolescents dans chaque département 
  • création de 100 places en accueil familial thérapeutique sur 2 ans
  • hausse, sur 3 ans, des effectifs des centres médico-psychologiques (CMP) infanto-juvéniles, soit 400 éducateurs en thérapie psychiatrique (ETP).

La psychiatrie adulte : hausse des effectifs des CMP entre 2022 et 2024 de 400 ETP.

Les personnes âgées : création de 20 équipes mobiles pour prendre en charge les personnes âgées en EHPAD et dans les structures médico-sociales.

La formation : création de 12 postes d’enseignants chercheurs en psychiatrie supplémentaires entre 2022 et 2025.

La recherche : création de l’institut de stimulation cérébrale et le centre e-CARE de prise en charge et de recherche sur l’enfant.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut