G7 : 8 mesures concrètes permises par l’action de la France

Loin d’être un énième sommet entre chefs d’Etat, le G7, présidé cette année par la France, a été l’occasion pour le Président de la République de déterminer les grandes priorités discutées lors de ce sommet. Le Président a voulu que ces priorités soient celles qui correspondent aux volontés des peuples, notamment celles des Français : la lutte contre les inégalités et contre le réchauffement climatique, le dumping fiscal ou le maintien de la paix.

Pour la 1ère fois depuis la création du G7 par Valérie Giscard d’Estaing, le climat et la transition écologique ont été au cœur de cet événement grâce à l’impulsion du Président Emmanuel Macron avec plusieurs mesures concrètes prises en concertation avec des ONG, des entreprises et des leaders politiques.

Réduire la pollution au HFC qui est encore plus nocif que le CO2 pour le climat

Les hydrofluorocarbures (HFC), principalement utilisés comme réfrigérants dans les climatiseurs, sont de puissants gaz à effet de serre. Alors que la demande en équipements de climatisation et de refroidissement explose (10 climatiseurs pourraient être vendus chaque seconde lors des 30 prochaines années), améliorer leur efficacité́ énergétique tout en accélérant la fin de l’utilisation des gaz HFC, conformément au protocole de Montréal, pourrait éviter jusqu’à 1°C de réchauffement mondial et permettre de réaliser des économies considérables. Ce G7 a permis de lancer une coalition rassemblant des entreprises et des chefs d’État et de Gouvernement avec l’objectif de doubler d’ici 2050 l’efficacité́ énergétique des systèmes de refroidissement des entreprises qui s’engagent dans cette coalition.

Le secteur textile s’engage pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre

30% des responsables de la production mondiale de textile, secteur le plus polluant après les hydrocarbures et responsable de 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (plus que les émissions de l’ensemble des vols internationaux et du transport maritime) s’engagent sur la réduction de son impact sur l’environnement, grâce à la substitution de produits et la réduction d’émission, avec de vraies contraintes en cas de non réalisation des objectifs.

Préservation de la Biodiversité

Concernant la biodiversité, pour la première fois, une charte pour la biodiversité signée par l’ensemble des ministres de l’Environnement du G7 traduit les engagements pour stopper la disparition d’une partie de la biodiversité de notre planète.

Le transport maritime réduit sa vitesse

Le secteur du transport maritime, qui représente aujourd’hui 3 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales et qui pourrait atteindre jusqu’à 17 % en 2050, s’engage à réduire son impact sur le climat et limiter ses effets sur la biodiversité marine. Cela passe par plusieurs initiatives notamment portées par des acteurs français comme la CMA CGM qui s’interdisent d’utiliser la route du grand nord (route ouverte par la fonte de glace polaire) et à réduire la vitesse de leurs navires pour diminuer leur impact environnemental. Ainsi, passer d’une vitesse de 12 nœuds à 10 nœuds permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30 %.

Faire de la neutralité carbone l’objectif de l’humanité en 2050

La majorité présidentielle dont je fais partie a inscrit dans la loi française l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. C’est le standard le plus élevé en matière de lutte contre le réchauffement climatique et vise à faire en sorte que les émissions de CO2 chaque année ne dépassent pas ce que la planète peut absorber naturellement ou du fait de l’homme. La France porte au niveau international cet objectif vital afin de l’élargir à un nombre croissant de pays. C’est ainsi que de nombreux pays vont s’engager dans cet objectif dans les prochains mois comme sont en train de le faire certains pays européens comme le Royaume-Uni ou l’Autriche.

Contre les feux de forêts en Amazonie

Face aux terribles incendies de la forêt amazonienne, qui capte 14% des émissions de CO2 mondiales, les leaders du G7 ont promis une aide d’urgence de 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d’eau et 30 millions pour la reforestation. La France est également prête à envoyer un renfort de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Lutter contre le dumping fiscal

Donald Trump et Emmanuel Macron ont trouvé un accord sur la « taxe GAFA ». Comme nous l’avions annoncé lors de sa mise en place en juin 2019, cette taxe mise en place par la France sera supprimée dès que l’OCDE (composé de 127 pays) aura finalisé la mise en place d’une taxe transnationale. Les discussions sont en cours et devraient aboutir en 2020. Elles visent à taxer les entreprises en fonction du chiffre d’affaires réalisé dans chaque pays en mettant ainsi fin à certaines optimisations fiscales qui font que des entreprises très importantes comme Google ou Amazon paient moins d’impôts dans notre pays qu’une entreprise française de taille moyenne.

Agir contre la prolifération nucléaire en Iran

Dans un contexte très tendu, à l’initiative de la France, les différentes parties ont pu se mettre autour de la table et renouer le dialogue. Les deux objectifs des grandes puissances sont de faire en sorte que l’Iran ne puisse jamais se doter de l’arme nucléaire, et favoriser la paix dans la région. Alors que les négociations étaient bloquées entre les Etats-Unis et les autres pays à la suite du retrait des Etats-Unis de l’accord avec l’Iran, notre Président a créé les conditions pour qu’une désescalade ait lieu et le Président Trump a indiqué aujourd’hui être ouvert à une rencontre avec le leader Iranien pour avancer sur une résolution du conflit.

Damien ADAM
Député de Seine-Maritime

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut