Hôpitaux : le Gouvernement détaille son plan d’urgence

Ce matin Edouard Philippe, Premier ministre et Agnès Buzyn, Ministre de la Santé et des Solidarités, ont détaillé les mesures du plan d’urgence en faveur des hôpitaux français. 

Plusieurs défis s’imposent à notre système de santé : vieillissement de la population, démographie médicale, articulation entre la ville et l’hôpital. Face aux remontées inquiètes et urgentes du terrain, il a été nécessaire d’accélérer les réformes et de présenter un plan d’urgence pour les hôpitaux. 

Ce plan d’urgence entre dans le cadre de la stratégie globale de transformation du système de santé avec le plan Ma Santé 2022. 

Restaurer l’attractivité de l’hôpital 

👉 Pour les métiers en tension la prime d’engagement hospitalière sera revalorisée ;
👉 Les conditions d’accès à la prime d’exercice territoriale pour les médecins seront modifiées ;
👉 Les quatre premiers échelons de praticiens hospitaliers seront fusionnés afin d’accélérer l’entrée dans la carrière ;
👉 L’indemnité de service public exclusif sera attribué dès la période probatoire ;
👉 Concernant Paris et sa couronne, qui a une situation spécifique en France, une prime annuelle et pérenne de 800€ sera attribuée aux 40 000 infirmiers et aides-soignants qui gagnent moins de 1900€/mois ;
👉 Les hôpitaux auront plus de souplesse pour répartir leur enveloppe budgétaire auprès du personnel hospitalier ;
👉 Une prime de 300€/mois pour potentiellement 600 000 personnes pourra être allouée en fonction de la qualité des soins donnés au niveau de chaque service ;
👉 Les aides-soignants qui exercent auprès des personnes âgées pourront bénéficier dès 2020 d’une prime de 100€/mois (net) ;
👉 Les fins de carrière des aides-soignants seront améliorées grâce à un « grade de débouché » leur permettant de partir à la retraite dans de meilleures conditions ;
👉 Dans les 6 mois, le statut de médecin à l’hôpital sera revu pour reconnaître l’engagement de ces professionnels ;
👉 Dans les 6 mois, les centres hospitalo-universitaires auront des missions revues pour plus de qualité.

Déverrouiller le fonctionnement des hôpitaux en faisant confiance aux responsables de terrain

👉 La prise de décision à l’hôpital est trop entravée aujourd’hui, la place du médecin dans la décision sera renforcée au niveau de la commission médicale d’établissement et au niveau des services ;
👉 Les postes de chef d’établissement seront ouverts aux médecins (un travail sur les contraintes juridiques doit être fait en ce sens) ;
👉 Des indemnités de président d’établissement ou de chef de service seront créés ou revalorisés afin de donner plus d’importance au management dans l’hôpital ;
👉 Les charges administratives seront allégées. Par exemple, un projet ayant plusieurs financements n’aura besoin que d’une procédure administrative ;
👉 Les postes vacants seront publiés au fil de l’eau et non deux fois par an ;
👉 L’année probatoire des praticiens hospitaliers relèvera des conditions de droit commun ;
👉 Une campagne de contrôles auprès des médecins pratiquant l’intérim aura lieu dans les prochaines semaines ;
👉 Un système d’intérim public sera créé.

Dégager des moyens supplémentaires 

👉 Le budget de l’assurance maladie sera augmenté d’1,5 Mds€ sur les 3 prochaines années pour le secteur hospitalier ;
👉 Les tarifs hospitaliers seront augmentés de 0,2% par an ;
150 millions d’euros sur les 3 ans à venir seront accordés pour les investissements courants des hôpitaux ;
👉 Les établissements hospitaliers devront mettre en place des outils pour déterminer la satisfaction des usagers ;
👉 Dès 2020 un programme de reprise de dettes d’un montant de 10 Mds€ sur 3 ans sera lancé afin de soulager les hôpitaux ;
👉 Afin de s’inscrire dans la durée, une mission de réflexion sur l’hôpital public a été commandée au Professeur Olivier Claris pour début 2020.

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut