La proposition franco-allemand de relance économique à l’échelle de l’Union européenne

Le Président français, Emmanuel Macron, et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont donné une conférence de presse ce jour pour détailler le plan de relance franco-allemand face à la crise du Covid-19. Cette initiative vise à renforcer la coopération européenne.

La relance économique

Les deux premières puissances de l’Union européenne proposent un plan de relance de 500 milliards d’euros face à une récession historique. Ce fonds de relance, qui existera dans le cadre du budget de l’UE, est ambitieux, temporaire et ciblé. Ce plan s’ajoute aux mesures déjà prises comme les 540 milliards d’euros injectés par la BCE via des prêts. Au total, France a pour ambition d’avoir effort budgétaire total l’échelle européenne de 1 500 milliards d’euros. 

Il s’agit bien toutefois bien d’aides directes pour des pays, des régions et des secteurs, et non de simples prêts. Ce plan de relance constitue une véritable avancée historique de la solidarité européenne. 

La constitution d’une Europe de la santé

L’Europe de la santé est un angle mort de l’Union européenne, qui n’a aucune compétence dans ce domaine. Pour pallier ce manque, la constitution d’une Europe de la santé « doit devenir une priorité » a indiqué le Président de la République.

La France et l’Allemagne souhaitent donc la création de stocks stratégiques communs de médicaments et matériels médicaux pour se préparer à une prochaine pandémie et offrir une réponse harmonisée à l’échelle européenne.  

Accélérer la transition écologique

Le Green Deal, qui est le grand plan écologique européen, ne sera pas remis en cause mais bien accéléré. La relance des activités économiques par l’Union européenne sera bien conditionnée au respect des exigences écologiques et la Commission européenne veillera à cela.

La construction d’une vraie souveraineté européenne

La dépense de l’Union européenne à certains territoires comme l’Asie n’est plus acceptable. La France et l’Allemagne souhaitent réduire la dépendance stratégique de l’Union sur des secteurs clés comme les médicaments par exemple.

Pour construire une vraie souveraineté européenne, il faut pouvoir protéger nos entreprises lorsqu’elles sont fragilisées de la prédation d’autres puissances. Le Président français a également évoqué des relocalisations possibles dont les conditions devront être précisées. Il a également précisé que l’Europe ne doit pas se fermer au monde, qu’elle ne doit pas avoir peur de la mondialisation mais qu’elle se doit d’être moins naïve et de se construire une véritable souveraineté.

Damien ADAM – Député de la Seine-Maritime

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut