Les protections périodiques gratuites pour toutes les étudiantes

En France, près de 2 millions de femmes n’ont pas les moyens de se procurer régulièrement des protections hygiéniques. Un sujet, longtemps tabou, qui est pourtant un enjeu de santé publique, de solidarité et d’égalité. Dans l’enseignement supérieur, la précarité menstruelle concerne une étudiante sur trois.

Gratuité des protections périodiques à la rentrée dans les résidences universitaires

Parce que la précarité menstruelle impacte directement la réussite de leur scolarité, et entraîne d’importantes répercussions psychologiques et professionnelles, il était urgent d’agir pour garantir l’accès de toutes les étudiantes à ces produits de première nécessité.  

C’est pourquoi le Gouvernement a annoncé aujourd’hui que, dès la rentrée prochaine, des protections périodiques gratuites seront accessibles pour l’ensemble des étudiantes.

Dans les prochaines semaines, les résidences universitaires des CROUS et les services de santé universitaires seront équipés en distributeurs de protections hygiéniques, entièrement gratuites et respectueuses de l’environnement. Ce sont 1500 distributeurs qui seront déployés sur l’ensemble du territoire.

Une hausse du budget 2021 pour la Lutte contre la précarité menstruelle

Porté à un million d’euros l’an dernier, nous avons souhaité abonder de 4 millions d’euros supplémentaires le budget consacré à la lutte contre la précarité menstruelle pour cette année. Ainsi, ce sont donc 5 millions d’euros qui développeront ainsi les dispositifs mis en place cette année. Ce changement d’échelle sera pérennisé pour les années à venir.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut