Sapeurs-pompiers : retour sur la loi, valoriser le volontariat des sapeurs-pompiers et des sapeurs-pompiers professionnels et renforcer notre modèle de protection civile

Alors que nous célébrions la journée internationale des pompiers le 4 mai, retour sur la loi visant à consolider notre modèle de sécurité civile et valoriser le volontariat des sapeurs-pompiers et les sapeurs-pompiers professionnels adoptée en novembre 2021. Le vote de ce texte illustre le consensus autour de notre modèle de sécurité civile. Cette loi vise avant tout à reconnaître l’engagement de ceux qui risquent leur vie au service de l’intérêt général.

Conforter l’engagement et le volontariat

Les sapeurs-pompiers volontaires,  qui  représentent 80%  des  250 000  sapeurs-pompiers,  ont bénéficié d’une revalorisation salariale et d’un accès facilité au logement social, afin de susciter les vocations et de fidéliser les volontaires. 

La loi permet par ailleurs des promotions à titre exceptionnel des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires par ailleurs fonctionnaires, décédés en service, grièvement blessés ou à la suite d’un acte de bravoure.

Des mesures pour renforcer la réponse pénale contre les agressions ont également été adoptées : les peines d’outrage envers les sapeurs-pompiers sont aggravées. Un amendement du gouvernement pérennise l’expérimentation de l’usage des caméras mobiles par les sapeurs-pompiers, prévue en 2018.

La République doit beaucoup à ceux qui la servent et plus encore à ceux qui ont donné leur vie pour elle. Une  mention  « mort  pour  le  service  de  la  République »  a été créée  pour  les  agents publics  décédés  « dans  des  circonstances  exceptionnelles »,  avec  un  statut  de  pupilles  de  la République pour leurs enfants.

Expérimenter un numéro unique d’appel d’urgence

La loi entérine la création à titre expérimental d’un numéro unique pour les appels d’urgence. Cette expérimentation est prévue sur 2 ans : 

  • le premier modèle de plateforme réunira les services de police-gendarmerie, les pompiers et le Samu ; 
  • le deuxième, les Samu et les pompiers ;
  • et le troisième le Samu et la permanence des soins. 

Les présidents de services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) et des conseils de surveillance des hôpitaux seront intégrés au comité de suivi et d’évaluation des expérimentations. Chaque hypothèse sera testée, par un département, dans chaque zone de défense.

Lire d'autres articles

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut