Tourisme : le plan Marshall du Gouvernement

Le Premier ministre s’est exprimé ce jour pour rendre compte des nouvelles décisions prises pour soutenir le secteur  touristique en France, qui représente 7 % du PIB français et est très important pour notre territoire en Seine-Maritime et en Normandie et qui souffre durement de la crise sanitaire due au Covid-19. Le sauvetage de ce secteur est une priorité nationale et représente un plan de soutien de 18 milliards d’euros

Le prolongement du fonds de solidarité

Le fonds de solidarité – qui offre une aide jusqu’à 5 000 € par entrepreneur pour faire face aux dépenses qui continuent alors que les entreprises sont fermées – sera prolongé pour le secteur touristique jusqu’à la fin de l’année 2020. Pour rappel, le fonds est disponible pour tous les entrepreneurs, indépendants et entreprises jusqu’à 20 salariés et 2 millions d’euros de chiffres d’affaires. 

Par ailleurs, l’aide du fonds de solidarité pour les entreprises du tourisme est renforcée et pourra aller jusqu’à 10 000 €

Exonération des cotisations sociales patronales

Il est déjà acté que les entreprises fermées administrativement bénéficient d’une exonération des cotisations sociales patronales entre mars et juin. Cette mesure sera prolongée tant que la fermeture administrative est en place

De plus, un crédit de cotisation de 20 % des salaires versés depuis février sera accordé aux entreprises pour accompagner la reprise de l’activité. Ce crédit de cotisation est une aide sans précédent et sera imputable sur l’ensemble des cotisations dues. Cela représente une aide de 2 milliards d’euros au secteur touristique. 

Renforcement des prêts au secteur

Les prêts garantis par l’État, déjà massivement utilisés, sont renforcés pour le secteur via la création d’un Prêt Garanti État Saison (PGES). Le plafond de ce prêt tiendra compte de la saisonnalité du secteur touristique en prenant en compte les 3 meilleurs mois de  l’année précédente et non plus 25 % du chiffre d’affaires. 

En outre, la Banque Publique d’Investissement va multiplier par 4 le montant des prêts qu’elle accorde au secteur (1 milliard d’euros in fine). Enfin, les banques se sont engagées à systématiquement proposé aux PME du secteur un report des mensualités de tout leur prêt sur 12 mois contre 6 mois aujourd’hui. 

L’activité partielle

Contrairement aux entreprises qui ont pu rouvrir, les entreprises du secteur touristique pourront faire valoir l’activité partielle au moins jusqu’à la fin du mois de septembre 2020. Si l’activité reprend trop lentement ce dispositif pourra encore être prolongé en septembre. 

Soutenir la demande pour la restauration

Dès la réouverture des restaurants, le plafond d’utilisation des tickets-restaurants sera doublé de 18 € à 39 €. Ils seront par ailleurs utilisables le week-end et les anciens tickets-restaurants valables jusqu’à fin 2019 verront leur durée de validité étendue. 

Ces mesures permettent de réinjecter massivement de l’argent pour le secteur du tourisme et de la restauration. 

Par ailleurs, les cafés, hôtels et restaurants situés dans un département en zone verte, pourront rouvrir dès le 2 juin

Au sujet des vacances

Les Français pourront partir en vacances en France métropolitaine et dans les Outre-Mer les mois de juillet et août. Cette possibilité est bien évidemment conditionnée aux mesures sanitaires en vigueur et à l’évolution de la situation sanitaire du pays à ces moments-là. 

Les acteurs du tourisme et de l’hôtellerie, se sont engagés à faire en sorte que les citoyens soient intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances.

Damien ADAM – Député de la Seine-Maritime

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut