Une vision pour la France

Durant 90 minutes, devant le Parlement réuni en Congrès, le président de la République a donné le cap de ce que sera son quinquennat. Par là, il a renoué avec le droit fil de la Vème République en réservant à la représentation nationale sa première grande expression politique depuis son élection, comme l’avaient fait avant lui le Général De Gaulle ou François Mitterrand. C’est une immense marque de respect pour le Parlement, la séparation des pouvoirs et notre vie démocratique. Ceux qui ont refusé de venir ont pensé faire un coup politique contre le président : ils se sont rendus coupables d’un coup contre le peuple français.
Le président de la République a précisé plusieurs thèmes qu’il avait évoqués durant sa campagne, notamment concernant de nouvelles règles de fonctionnement de la vie politique (diminution du nombre de parlementaires, dose de proportionnelle, limitation du cumul des mandats dans le temps, suppression de la Cour de justice de la République…) Il a également détaillé les principes qui guideront son action tout au long du quinquennat : la liberté forte, la fraternité, le grand retour de l’intelligence française et la construction de la paix à travers la relance de la construction européenne.
Je salue cette vision qui a pour objectif d’être à la hauteur à la fois du moment et du mandat qui lui a été confié par les Français. Cette vision, c’est d’ailleurs l’application du programme présidentiel que j’ai défendu d’abord comme référent départemental d’En Marche ! puis comme candidat aux élections législatives. « Ce que nous avons à accomplir, c’est une véritable révolution », a-t-il annoncé. Elle est attendue et je l’accompagnerai comme député.
Damien Adam, député de Seine-Maritime