Rentrée scolaire 2017

La rentrée scolaire est toujours un moment important dans la vie des élèves et des enseignants. À l’occasion de cette rentrée, j’ai tenu à me rendre à l’école Jean-Philippe Rameau, située dans le quartier de la Grand’Mare à Rouen. J’ai pu y constater la mise en application concrète des mesures annoncées par le Gouvernement. D’abord, j’ai eu le plaisir de participer à la rentrée en musique durant laquelle les élèves ont chanté en cœur une comptine dédiée à la devise de la République française : « Liberté, Egalité, Fraternité ». Ensuite, j’ai salué le dédoublement des classes de CP dans cette école. J’ai, enfin, échangé avec l’ensemble des enseignants sur leur métier, leurs difficultés comme leurs satisfactions, avant de souhaiter aux élèves, ainsi qu’à l’ensemble du personnel, une très belle année scolaire.

 

Pour la rentrée des collégiens, j’ai voulu participer à la rentrée en musique du collège Boieldieu de Rouen au cours de laquelle les élèves de sixièmes ont été accueillis par un concert d’un trio de musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie.

Parce que l’école est une priorité du projet du président de la République et de la majorité à l’Assemblée nationale, une série de mesures concrètes ont été mises en place, de manière rapide et efficace, pour que la rentrée 2017 se déroule dans les meilleures conditions. Ainsi, en quelques mois seulement, le Gouvernement a présenté une série de mesures pour une école de la confiance et de la réussite :

 

  • Pour que l’école progresse dans sa capacité à réduire les inégalités sociales, environ 2 500 classes de CP situées dans les réseaux prioritaires renforcés (REP+) ont été dédoublées. Il s’agit d’apporter plus de moyens là où nous en avons le plus besoin. À Rouen, les classes de CP de six écoles sont concernées, toutes situées dans les Hauts-de-Rouen : les écoles Jean-Philippe-Rameau, Les Sapins, Ronsard-Villon, Guy-de-Maupassant, Claude-Debussy et Clément-Marot. Par ailleurs, des stages estivaux d’une semaine avant l’entrée en 6ème seront créés pour mieux accompagner les élèves, principalement dans les zones prioritaires.

 

  • Ensuite, pour une meilleure prise en compte de la diversité des situations locales, le Gouvernement offre la possibilité aux communes de revenir à la semaine scolaire de 4 jours, alors que la semaine de 4,5 jours avait été imposée, non sans difficulté.

 

  • Dès cette rentrée, la priorité est donnée à l’apprentissage des fondamentaux. Tout sera mis en œuvre pour qu’à la sortie de l’école primaire, l’ensemble des élèves maîtrisent la lecture, l’écriture et les mathématiques. Pour la réussite de tous, et parce que certains élèves nécessitent un encadrement renforcé, un programme « Devoir faits » sera mis en place dès le retour des vacances de la Toussaint pour chaque élève de primaire et de collège puisse disposer d’un temps d’études accompagnées.

 

Conformément à l’objectif fixé par le président de la République que 100% des élèves bénéficient d’une éducation artistique et culturelle, la rentrée 2017 s’est fait en musique, grâce à l’intervention de musiciens, professionnels comme amateurs.

 

Le Gouvernement est également revenu sur la suppression du grec et du latin, ainsi que des classes bilangues. Ces enseignements sont désormais rétablis.

 

Par ailleurs, les moyens mis pour l’accueil des élèves en situation de handicap sont renforcés. Le nombre de contrats aidés pour les élèves en situation de handicap restera inchangé, soit 50 000 contrats. De plus, 8 000 emplois d’AESH (Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap) supplémentaires seront créés, s’ajoutant aux 22 000 contrats de ce type qui existaient déjà. Au total, plus de 80 000 personnes vont pouvoir contribuer à accueillir les élèves en situation de handicap dès cette rentrée.

 

Au nom de l’égalité entre les étudiants, le Gouvernement a annoncé la transformation d’APB (Admission-postbac) et la fin du tirage au sort. La hausse du nombre de bacheliers et l’algorithme utilisé pour APB ont rendu ce système incompréhensible et anxiogène. Il sera remplacé par une nouvelle formule, plus transparente, dès 2018. Aussi, depuis 2013, les universités avaient recours au tirage au sort dans les filières très demandées (comme la licence de STAPS). Cette pratique sera abandonnée en 2018, et chaque étudiant se verra attribuer une place en université.

 

Enfin, parce que nous croyons en l’apprentissage, un effort massif sera fait dans ce domaine avec, dès 2018, le lancement d’un grand plan pour l’apprentissage. J’ai d’ailleurs participé à l’inauguration, mercredi 6 septembre, du nouveau CFA de Rouen, situé dans le quartier de la Grand’Mare, spécialisé dans les métiers de l’alimentation. Symbole d’excellence, l’établissement accueille 350 apprentis du CAP au bac pro cette rentrée.

 

Damien ADAM, Député de Seine-Maritime