A tous les Rouennais qui aiment le foot

Le lundi 12 mars 2018, le conseil de la métropole Rouen Normandie se réunissait pour évoquer des sujets importants, notamment les transferts d’équipements de la Ville de Rouen. Malheureusement, nous ne retiendrons pas de cette réunion les débats au sein de ce conseil, mais ce qui s’est joué à l’extérieur lorsque des supporters du FC Rouen se sont vus refuser l’entrée par la police nationale à la demande du président de la Métropole.

Si nous pouvons comprendre la nécessité pour le président de la Métropole d’assurer la bonne tenue du conseil de la Métropole, nous pouvons tout de même regretter que l’appel à l’aide pacifique des supporters du FC Rouen n’ait pas été pleinement entendu.

Tout se cristallise autour du stade Robert-Diochon qui est, rappelons-le, le stade historique du FC Rouen. Depuis la naissance de QRM, ce dernier est partagé entre les deux clubs, mais depuis plusieurs mois, les supporters des Diables rouges s’inquiètent de voir leur équipe chassée de son antre.

Dès juin dernier, j’avais affirmé publiquement que les deux clubs de l’agglomération (US Quevilly-Rouen Métropole et FC Rouen) devaient chacun pouvoir disposer des moyens de vivre leur vie respective en se partageant l’utilisation du stade en bonne intelligence. Depuis lors, la situation n’a cessé de se dégrader jusqu’aux évènements d’hier. Le dialogue semble difficile voire carrément rompu entre les différents acteurs.

Aujourd’hui, nous sommes face à un choix clair : soit le dialogue reprend, tous les acteurs réussissant à mettre leurs points de vue de côté pour arriver à un dénouement positif. Soit le conflit continue et s’enlise et je n’ose imaginer où cela s’arrêtera.

Pendant ce temps-là, malgré une ferveur populaire toujours intacte au FCR, les deux clubs souffrent sportivement. Rappelons d’ailleurs que Rouen est la seule des dix plus grandes métropoles françaises à ne pas disposer d’une équipe en Ligue 1.

Quel gâchis pour l’attractivité de Rouen ! Notre Métropole mérite que nous travaillions tous main dans la main, politiques de tous bords, clubs sportifs et associations de supporters. Cela passe notamment par le renouvellement d’une convention d’utilisation du stade Diochon avec le FC Rouen. Nous ne devons avoir qu’un seul but : aller au stade soutenir notre équipe préférée pour voir de beaux matchs et surtout de belles victoires !

Je terminerai pour conclure que le FC Rouen, ce n’est pas que son équipe première, mais aussi et surtout 580 licenciés dont une grande majorité d’enfants et d’adolescents. C’est avant tout pour eux que le FCR doit bénéficier d’équipements adéquats.

Damien ADAM, député de Seine-Maritime