Des soins pour tous : 100 % pris en charge

Ce matin à Montpellier, à l’occasion du congrès de la Mutualité française, le Président de la République a détaillé les grands axes de sa politique sociale. Dans ce discours d’une heure, il a évoqué cette opposition entre les droits promis et les droits réels, ce socle de la solidarité nationale qui s’écroule trop souvent sous les pieds des Français les plus modestes, de cette réponse uniquement financière qui n’est pas assez tournée vers la capacité de rebond des personnes en détresse dans notre pays. « S’attaquer vraiment aux inégalités c’est s’attaquer à leurs racines, c’est réinventer notre État-providence », a t-il exprimé. Je partage totalement cette volonté.

Le Président de la République a ainsi indiqué les trois défis face auxquels nous devons faire face : la santé, le vieillissement et l’exclusion. Sur ces deux derniers points, il a annoncé que plusieurs projets de loi allaient être dévoilés par le Gouvernement, notamment sur le financement de la dépendance avant fin 2019.

Sur la santé, il a rappelé combien notre système de soins, envié de par le monde, était efficace pour soigner les patients, était excellent dans le domaine de la recherche, mais manquait parfois d’actions de prévention pour lutter entre autres contre les maladies chroniques.

A cela s’ajoute le constat qui indique que certains de nos concitoyens renoncent à des soins de base par manque de médecins à proximité de leur domicile, nous en savons quelque chose en Normandie, mais aussi et surtout par manque de moyens. Ceci est inacceptable. C’est pourquoi lors de sa campagne, Emmanuel Macron a fait cette promesse de donner à tous les Français un accès à des soins de qualité pris en charge à 100 %, dans le domaine de l’optique, de l’audiologie et du dentaire. Aujourd’hui, il a confirmé cet engagement en en précisant les modalités.

Cette mesure à destination des plus fragiles d’entre nous a été le fruit d’une négociation avec les différents acteurs de la santé et professionnels des secteurs concernés. Elle va pouvoir se mettre en place progressivement au cours des trois prochaines années.

Bien voir, bien entendre et soigner son hygiène bucco-dentaire, avec une garantie de qualité, répondent à des besoins de santé nécessaires. Aujourd’hui, une couronne dentaire coûte 200 euros, une correction de la myopie 65 euros, un appareil auditif 1 700 euros. Demain, le reste à charge sur ces prestations de soins sera de 0 euro pour nos concitoyens qui n’auront plus à renoncer de voir, sourire, entendre normalement.

Comment cette réforme va-t-elle se mettre en place ? Les professionnels de santé des trois secteurs et les complémentaires de santé sont les principaux partenaires de cette nouvelle réforme. En amont de la mise en place de ce panier, c’est avec eux et avec les fabricants des dispositifs que se sont construites les offres pour qu’elles répondent à la volonté du gouvernement de les rendre disponibles partout, quels que soient l’opticien, l’audioprothésiste ou le dentiste. Les patients pourront néanmoins continuer à faire leur choix pour d’autres prestations non prises en charge à 100 %.

La mise en place de « 100 % santé » va se déployer progressivement et par étape. A partir du 1er janvier 2019, les assurés vont pouvoir bénéficier de paniers d’offres de mieux en mieux remboursés jusqu’au remboursement total, sans reste à charge, à l’horizon 2021. Cette réforme constitue un double progrès sanitaire et social pour nos concitoyens. Elle contribue à consolider notre modèle de protection sociale contre la maladie fondée sur l’égal accès aux soins de tous.

Damien Adam, député de Seine-Maritime