De nouvelles mesures gouvernementales pour renforcer la sécurité des Français

Il y a une réalité que nous devons affronter : le sentiment d’insécurité augmente en France et les rapports entre les citoyens sont de plus en plus durs avec une augmentation des atteintes aux personnes et des violences verbales et surtout physiques. Nous nous en rendons compte par des faits divers macabres, ici un chauffeur de bus passé à tabac pour avoir demandé à des usagers de porter un masque, là une femme traînée sur 800 mètres pour avoir écrasé un chien ou encore là un homme tué à coups de couteau. Ces faits démontrent une réalité concrète d’une augmentation de la violence et de l’insécurité.

Le Premier ministre Jean Castex à Nice le 25 juillet 2020 / AFP

Face à cette réalité, le Président de la République a annoncé vouloir une tolérance zéro : chaque acte doit faire l’objet d’un travail des forces de sécurité et de la justice pour juger et condamner les coupables, protéger les victimes et améliorer la sécurité.

Nous devons réinvestir et donner de nouveaux moyens à notre police et notre gendarmerie. C’est l’objet des augmentations du budget du ministère de l’Intérieur, qui est passé de 23,7 milliards d’euros en 2017 à 26,3 milliards cette année (+ 10 %) permettant notamment de recruter 10 000 fonctionnaires de plus sur le quinquennat dont 7 000 sont déjà déployés. Ainsi à Rouen, nous avons bénéficié en 2020 de 10 policiers supplémentaires et d’autres sont prévus dans les prochains mois. C’est aussi des moyens matériels supplémentaires avec le renouvellement de véhicules (2 300 vehicules neufs dès cette année) et le développement des outils numériques pour faire gagner du temps à nos forces de l’ordre.

C’est aussi et prioritairement une augmentation des moyens de la justice. La France consacre beaucoup moins d’argent que ses voisins européens à la justice. C’est la raison pour laquelle nous augmentons sur le quinquennat de 24 % le budget de la justice avec la création de 6 000 postes, notamment des juges pour accélérer les procédures ainsi que l’ouverture de 15 000 nouvelles places de prisons dont 7 000 d’ici 2022.

La sécurité, ce sont aussi de nouvelles mesures mises en place pour renforcer la justice. C’est ce que nous faisons en réformant la justice des mineurs car il n’est pas rare que la délinquance commence très jeune et si l’Etat n’agit pas avec efficacité et fermeté, les mineurs deviennent adultes et récidivistes. Nous augmentons fortement le nombre de centre éducatifs fermés et nous allons développer l’encadrement de mineurs délinquants de 16 à 18 ans par des militaires ou le développement des peines de travaux d’intérêts généraux et du bracelet électronique.

Ce lundi, le Président de la République Emmanuel Macron a également annoncé le versement d’une « indemnité spécifique » de 100 € pour les policiers travaillant de nuit. D’autres nouvelles mesures ont été annoncées ces derniers jours :

  • La forfaitisation des délits de stupéfiants sera généralisée à la rentrée. Cette mesure permettra aux forces de l’ordre d’appliquer une sanction sans délai, au travers d’une amende forfaitaire de 200 euros. 
  • Dès la fin de l’année 2020, 150 emplois supplémentaires seront créés pour renforcer l’action pénale de proximité,  indispensable pour  la répression des infractions du quotidien et à la prévention des récidives. 
  • Au niveau local, une expérimentation va être menée à Nice pour étendre « les compétences de la police municipale.

Depuis plusieurs mois, le ministère de l’Intérieur travaille sur des annonces fortes concernant la sécurité intérieur. Elles sont programmées à la rentrée et font suite à une concertation très intense impliquant l’ensemble des parties prenantes de la sécurité. Toutes ces annonces ont une vocation : permettre aux Français de se sentir en sécurité dans notre pays et que la peur change vraiment de camp. Ce sont les délinquants qui doivent avoir peur, pas les citoyens qui sont les victimes de l’insécurité.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut