Déontologie policière : le racisme n’a pas sa place dans la République

Nos policiers et nos gendarmes font un travail exemplaire et difficile pour protéger chaque citoyen de notre pays. Le manque de déontologie de quelques-uns ne doit pas nous le faire oublier. Nos forces de l’ordre nous protègent coûte que coûte au péril de leur vie. C’est un véritable engagement au service de l’intérêt général et pour notre nation.

Si les institutions et les valeurs que représentent la police et la gendarmerie doivent être saluées et valorisées, force est de constater qu’à l’image de notre société, il existe chez quelque-uns des comportements qui ne sont pas dignes de leur fonction et qui minent notre pacte républicain.

A la demande du Président de la République, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a détaillé un certain nombre de mesures afin de lutter contre toute dérive qui pourrait être constatée chez nos forces de l’ordre et pour remettre la confiance entre tous les citoyens et nos forces de l’ordre au coeur de notre République. 

Nous ne pouvons pas continuer de constater qu’une partie de la population a peur de la police parce qu’ils n’ont pas la même couleur de peau.

Tolérance zéro sur le racisme

Face aux dérives racistes constatées chez une poignée de forces de l’ordre, le ministre a tenu à prendre des décisions et rappeler quelques principes : 

  • Des suspensions systématiques en cas de propos racistes avérés auront lieu avec des procédures disciplinaires en parallèle des procédures de justice.
  • Le Relevé d’Identité des policiers (RIO) doit être toujours visible. Cette disposition est déjà obligatoire et le ministre a tenu a rappelé cette règle ainsi que le cadre des contrôles d’identité.  
  • L’usage des caméras piétons sera renforcé pour avoir le plus d’images possible de l’action des policiers. 
  • Les formations de prévention au racisme vont être renforcées au sein de la police avec notamment un partenariat avec la Licra. Les policiers et gendarmes devront suivre une formation annuelle pour avoir l’autorisation d’intervenir sur la voie publique.

Uniformisation des méthodes d’interpellation

Christophe Castaner a annoncé que la méthode d’interpellation « dite de l’étranglement » sera interdite, tout comme il ne sera plus possible de faire pression sur le cou ou la nuque d’une personne.

Assurer un bon fonctionnement des institutions

La confiance des citoyens envers les organes de contrôles de la police et de la gendarmerie s’est érodée. Cela n’est pas acceptable en démocratie. Pour répondre aux attentes de la population et renouer la confiance avec les Français, le ministre de l’Intérieur a annoncé des réformes en profondeur de l’IGPN (la police des polices) et de l’IGGN (la police de la gendarmerie).

Cette réforme permettra plus de cohérence, plus de collégialité entre ces inspections et surtout plus d’indépendance dans leur action vis-à-vis des services. C’était très attendu par beaucoup d’entre nous et c’est une très bonne chose que ces chantiers soient lancés.

Damien ADAM – Député de la Seine-Maritime

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut