La majorité engagée pour réduire les déchets : C’est la fin du tout-jetable dans les fast-food

Hier soir, la commission des Affaires économiques dont je fais partie, a examiné le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire défendu par la Ministre Brune Poirson.

A cette occasion, j’y ai défendu 13 amendements issus d’un long travail de terrain et d’entretiens afin de lutter contre le gaspillage, réduire nos déchets et économiser nos ressources.

Mon ambition était de partir de cas concrets que rencontrent nos concitoyens, qui sont chaque jour plus nombreux à adopter les gestes de tri pertinents et à modifier leurs habitudes, parfois même leur mode de vie, afin de réduire l’empreinte environnementale de leurs produits.

People sorting garbage for recycling

Ainsi, la commission des affaires économiques a adopté hier soir quatre belles avancées que j’ai proposées dans mes amendements :

  1. Oui à la vaisselle réutilisable dans les fast-food pour la consommation sur place
    Le secteur de la restauration rapide produit plus de 13 milliards d’unités d’emballages jetables par an en France, ce qui représente environ 180 000 tonnes d’emballages dont la moitié correspond à la consommation sur le lieu de vente. Le gâchis est énorme. J’ai fait adopté un amendement qui oblige les fast-food à servir les repas sur place avec de la vaisselle réemployable à compter du 1er janvier 2021.
      
  2. Non aux lancés de ballons de baudruche dans la nature
    Si ces divertissements semblent à première vue inoffensifs, ils sont cependant très nocifs pour l’environnement. Par exemple, une fois dégonflés ou éclatés, les ballons de baudruches retombent, généralement en fragments, sur le sol ou dans la mer et contribuent à l’abandon de déchets dans l’environnement. Ainsi, ces plastiques tuent presque 1 oiseau sur 5 les ayant ingérés et sont responsables de plus de 40% des décès de ces animaux marins.
     
  3. La fin des huiles minérales sur les publicités papiers dans les boîtes aux lettres
    L’utilisation d’huiles minérales pour les publicités papiers que l’on reçoit dans nos boîtes aux lettres obligent les producteurs à suremballer ces papiers car ces huiles présentent un danger pour la santé. J’ai donc fait valider par mes collègues d’interdire ces huiles sur ces documents.
  1. Obligation pour les professionnels de trier les biodéchets dès 2021
    Aujourd’hui, les biodéchets (épluchures, déchets verts issus de notre cuisine) représentent 35 % de la poubelle des ordures ménagères. Ils ne sont pas valorisés alors qu’ils peuvent être utiliser pour du composte ou de la méthanisation. C’est l’objet de cet amendement que j’ai fait voter qui oblige les professionnels (à partir d’un seuil de 5 tonnes de biodéchets par an) à trier ces biodéchets et les valoriser.

Je travaille pour la prochaine semaine sur de nouveaux amendements qui visent à réduire encore plus les déchets de nos poubelles. Je proposerai ainsi :

  • L’interdiction des emballages secondaires quand ils ne sont pas utiles. Je vise notamment à supprimer les emballages cartons sur les pots de yaourt ou pour les tubes de dentifrices ;
  • L’obligation pour les établissements recevant du public de mettre à disposition une ou plusieurs fontaine(s) à eau pour permettre aux citoyens munies d’une gourde de pouvoir la remplir et ainsi de réduire la consommation d’eau en bouteille ;
  • L’obligation pour les collectivités locales de mettre en place des poubelles de tri (3 poubelles : ménager, plastique, carton et papier) dans les rues ;
  • Remplacer le “stop pub” des boîtes aux lettres en “oui pub” : seuls les boîtes aux lettres qui auront un autocollant “oui pub” recevront de la publicités papiers ;
  • Rendre optionnelle l’impression du ticket de carte bancaire qui est aujourd’hui imprimé automatiquement et est dans la majorité des cas jeté à la poubelle.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut