Publié le

Vallourec annonce la fermeture du site de Déville-lès-Rouen :Ma réaction face à ce choc pour notre territoire et les salariés

Rouen, le 18 novembre 2020

Le groupe Vallourec a annoncé mercredi 18 novembre 2020 sa volonté de fermer son site de Déville-lès-Rouen qui emploie près de 190 salariés, usine spécialisée dans le traitement thermique de tubes en acier destinés aux marchés du pétrole, du gaz et de l’industrie.

C’est un véritable choc pour notre territoire. Après la restructuration menée en 2016, l’annonce de ce soir est une claque pour l’industrie dans la Métropole de Rouen. Nous connaissions la situation financière fragile de l’entreprise, une avec un endettement très important (3,7 milliards d’euros) qui avait rendu nécessaire l’arrivée de BPIFrance au capital en 2016 pour éviter la faillite. Malheureusement, aux difficultés structurelles de l’entreprise présente sur un marché du pétrole sans grande perspective à long terme, viennent s’ajouter la crise de la Covid-19 et un prix bas du baril de pétrole, sans perspective de hausse à court terme. Les clients de l’usine Vallourec de Déville-lès-Rouen, notamment en Afrique, ont annulé leurs commandes. L’usine ne fonctionne actuellement qu’à 25 % de ses capacités et les perspectives à moyen terme ne laissent pas présager d’amélioration. 

Face à cette situation, ma priorité est de soutenir les salariés de Déville-lès-Rouen. Je pense évidemment à eux en cette triste journée ainsi qu’à leurs familles. Lors de la restructuration de 2016, le groupe Vallourec avait mis en place, en lien avec l’Etat, un accompagnement des 200 salariés concernés par le PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) avec des pré-retraites et un suivi personnalisé des salariés licenciés pour leur permettre de retrouver une activité. Aujourd’hui, ce même dispositif d’accompagnement ambitieux et personnalisé doit être mis en place pour offrir une solution à chaque salarié. Vallourec doit y mettre des moyens tout comme l’Etat français, en mobilisant notamment le plan d’investissement dans les compétences (PIC) pour offrir s’il le faut des formations qualifiantes permettant de retrouver un emploi. Je souhaite également que l’Etat mobilise le CIRI (Comité interministériel de restructuration industrielle).

Nous devons également tout faire pour que le site de Déville-lès-Rouen retrouve une activité à vocation industrielle reprenant un maximum d’emplois. Le site dispose de nombreux atouts (localisation, accès routiers et ferroviaires, volumes, compétences) et nous devons tout faire pour travailler sur un nouveau projet industriel. Je vais solliciter M. le Préfet de la Seine-Maritime pour réinstaller le Comité territorial de réindustrialisation et la Commission industrielle afin d’identifier un ou plusieurs projets industriels qui pourraient être menés en remplacement de l’activité de Vallourec. L’industrie est une priorité du gouvernement et de la majorité que nous soutenons fortement par la baisse des impôts de production et la mobilisation des aides dans le cadre du plan France Relance. Je souhaite que l’Etat français puisse accompagner financièrement tout projet d’implantation d’activité sur le site pour s’assurer de préserver un maximum d’emplois et la vocation industrielle de notre territoire.

Comme je l’ai fait ces dernières semaines, je continuerai de rencontrer les représentants du personnel et les salariés de l’entreprise pour suivre le dossier. Dès demain, j’échangerai avec eux pour faire le point sur la situation et les prochaines étapes.

Damien ADAM
Député de la Seine-Maritime

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut