4ème One Planet Summit : des engagements concrets en faveur de la biodiversité

Hier, le président de la République a accueilli à Paris la 4ème édition du « One Planet Summit », dédiée aux enjeux de protection de la biodiversité. Ce nouveau Sommet, qui rassemble chefs d’État et de gouvernements, leaders d’organisations internationales, d’institutions financières, du secteur économique et d’ONG, a été l’occasion d’acter de nouveaux engagements concrets pour lutter contre la perte de la biodiversité.

Protéger les écosystèmes terrestres et marins

La France et le Costa Rica ont lancé la Coalition de la haute ambition pour la nature et les hommes.

Cette coalition rassemble 52 Etats qui s’engagent à œuvrer à la protection de 30 % des espaces terrestres et marins d’ici 2030. 

La France s’engage à appliquer ce niveau de protection pour nos territoires marins et terrestres dès 2022. Les moyens humains des opérateurs publics concernés seront renforcés dans les trois prochaines années, notamment par la mobilisation du service civique. 

Une nouvelle coalition pour la mer Méditerranée, « mer Méditerranée exemplaire en 2030 », a été lancée par l’Espagne, la France et la principauté de Monaco. Elle est construite autour de 4 engagements :

1 – Développer un réseau d’aires protégées
2 – Mettre fin à la surpêche
3 – Lutter contre la pollution marine et mettre fin au plastique à usage unique
4 – Verdir le transport maritime. 

12 milliards d’euros pour la Grande Muraille Verte en Afrique

➔ Le président de la République a annoncé qu’une enveloppe de 11,8 milliards d’euros sur cinq ans (2021-2025) a été constituée pour accélérer la construction d’une « grande muraille verte » destinée à prévenir l’avancée du désert dans la zone soudano-sahélienne. Onze pays sont concernés, du Sénégal à Djibouti, sur un tracé de 8 000 km.

Il s’agit d’une étape importante pour l’avenir de l’Afrique. L’objectif est de refertiliser, d’ici à 2030, 100 millions d’hectares de terres aujourd’hui perdues pour la culture, de piéger, grâce à cette végétation, 250 millions de tonnes d’émissions carbone et de créer 10 millions d’emplois en zone rurale, où la population est amenée à être multipliée par trois d’ici 2050.

Ce projet est une chance pour l’écologie, pour la biodiversité, pour l’agriculture et les populations.

Le Président a également annoncé la création d’un secrétariat de la Grande Muraille verte, rattaché à la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, pour s’assurer du suivi des engagements. L’Agence panafricaine de la Grande Muraille verte, jusqu’alors chargée de coordonner l’initiative au niveau continental, y sera officiellement associée.

Mobiliser des financements pour la biodiversité

➔ Lancement de l’Alliance pour l’investissement dans le capital naturel. Elle regroupe les acteurs de la finance souhaitant accroître leurs investissements dans la restauration de la biodiversité. Elle a pour objectif de mobiliser 10 milliards de dollars pour la nature d’ici 2022. 

La France a indiqué qu’au moins 30% de ses financements en faveur du climat intègrerait, à l’horizon 2030, des co-bénéfices pour la biodiversité. Cette cible sera atteinte dès 2025 pour les financements portés par l’Agence Française de Développement (AFD). 

➔ Le Canada a annoncé qu’il contribuera jusqu’à 35,3 millions d’euros au Land Degradation Neutrality fund (LDN), pour soutenir la gestion et la restauration durables des terres, notamment en Afrique. La France a annoncé qu’elle rejoindrait également l’initiative.

Protéger les forêts, les espèces et la santé humaine

➔ La France a lancé l’initiative PREZODE (PREventing ZOonotic Diseases Emergence) pour mettre en place une coopération inédite à l’échelle internationale entre acteurs de la recherche et réseaux de vigilance sanitaire, afin de prévenir de nouvelles pandémies issues de réservoirs animaux. 

➔ Le One Planet Summit a été l’occasion d’un point d’étape sur l’Alliance pour la préservation des forêts tropicales, annoncée au G7 de 2019. L’Allemagne et la République démocratique du Congo ont annoncé leur adhésion à l’alliance. 
➔ Le débat sur la déforestation importée a permis de rappeler que le Parlement et la Commission européenne s’engagent sur un calendrier permettant de prendre des décisions fortes de lutte contre la déforestation importée dans le courant de l’année 2021.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut