Publié le

Industrie aéronautique française : un plan de relance tourné vers l’écologie

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne ont détaillé ce matin le plan de relance de l’industrie aéronautique à la suite la crise due au Covid-19. L’industrie aéronautique représente plus de 300 000 emplois dans notre pays avec une présence forte en Normandie.

Sauver les emplois dans l’industrie aéronautique

Les compagnies aériennes vont bénéficier d’un moratoire de 12 mois sur le remboursement des crédits à l’exportation. Cela représente un coût d’1,5 milliard d’euros pour l’État.

Les modalités de remboursement de tous les nouveaux achats d’avions Airbus vont être assouplies également : les compagnies auront jusqu’à 18 mois (au lieu de 6 mois) avant de commencer à rembourser leurs crédits à l’exportation. Cet effort de trésorerie représente une aide de l’État de 2 milliards d’euros.

Le Gouvernement va passer des commandes publiques militaires, de la gendarmerie et de la sécurité civile d’un montant de 832 millions d’euros pour soutenir le secteur.

Une concertation est en cours avec les partenaires sociaux et le ministère du Travail pour prolonger l’activité partielle sur le long terme afin de préserver l’emploi et le savoir-faire français. 

Si rien n’est fait ce sont 100 000 emplois qui sont menacés de disparaître dans les 6 mois à venir. En échange des mesures prises par l’État, le secteur s’est engagé à tout faire pour préserver ces savoir-faire et l’emploi en France.

Accélérer la transformation des PME et TPE

Un fonds d’investissement doté d’1 milliard d’euros, dont la moitié disponible dès cet été, est mis en place. L’État apportera 200 millions d’euros, les industriels 200 millions et 100 millions seront fournis par le gestionnaire du fonds, choisi par appel d’offres. C’est la première fois dans notre histoire que nos industriels investissent ensemble. Ce fonds, opérationnel dès juillet, est destiné à renforcer les fonds propres des entreprises fragilisées et à consolider le secteur.

Un fonds d’accompagnement pour la numérisation et la robotisation des PME et ETI, entièrement financé par l’État à hauteur de 300 millions d’euros sur trois ans, va aussi être installé. Dans ces domaines, la France a un retard à rattraper par rapport à l’Allemagne et l’Italie, il est donc temps d’investir.

Accélérer la décarbonation de l’industrie aéronautique française

L’objectif du Gouvernement et des industriels est ambitieux : il consiste à parvenir à un avion neutre en carbone en 2035 (au lieu de 2050), notamment grâce au moteur à très haut taux de dilution et au recours à l’hydrogène. Pour ce faire, le Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile (le CORAC) recevra un soutien massif d’1,5 milliard d’euros sur 3 ans. Rappelons qu’aujourd’hui le transport aérien représente 3 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et que si rien n’est fait, cette part devrait doubler d’ici 2050. Il est donc essentiel d’investir sur de nouvelles technologies pour se passer du kérosène qui émet beaucoup de CO2.

Ces aides permettront de développer en France les technologies de réduction de la consommation de carburant, les technologies d’électrification des appareils et les expérimentations de carburants neutres en carbone comme l’hydrogène.
Elles permettront également de garantir l’emploi des ingénieurs hautement qualifiés et de développer un savoir-faire dans le domaine de l’industrie aéronautique propre.

Damien ADAM – Député de la Seine-Maritime

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut