Sans-abri : nos 200 000 places d’hébergement d’urgence sont maintenues cet été, dont 43 000 créées depuis le 1er confinement

En temps normal, à la fin de l’hiver, l’Etat met fin à une partie des hébergements d’urgence qui permettent de donner temporairement un toit aux sans-abris pour leur permettre de traverser cette période difficile de grand froid. Or, cette année, parce que la crise sanitaire est toujours là, et parce que l’accompagnement des plus démunis et améliorer nos politiques sociales sont une priorité, nous avons souhaité aller plus loin:  nous pérennisons ces 200 000 places, et ce au moins jusqu’à mars 2022. C’est un changement historique qui va nous permettre de mettre fin à la gestion en flux tendu et sans vision de long terme de l’hébergement d’urgence. 

Le maintien de ces places va permettre à ceux qui accompagnent les sans-abris (travailleurs sociaux, associations, État…) de garder le lien social avec les sans-abris alors que d’habitude la fermeture des places d’hébergement à la fin de l’hiver coupe le lien social permettant la réinsertion. Ce sera ainsi un facteur favorable pour permettre à nos citoyens les plus éloignés de l’emploi et du logement de pouvoir se réinsérer et retrouver ainsi une autonomie signe d’émancipation.

Cette pérennisation de l’hébergement d’urgence se place dans la continuité de notre action depuis le début de la crise pour venir en aide aux sans-abris. En effet, depuis le début du confinement en mars 2020, nous avons ouvert 43 000 nouvelles places d’hébergement d’urgence, qui sont venues s’ajouter aux 157 000 places préexistantes. 

Mais n’oublions pas que nous n’avons pas attendu la crise pour adopter une politique ambitieuse d’aide au logement pour les personnes sans-abris. En effet, depuis  2017, nous agissons pour réduire le nombre de français sans domicile fixe avec la politique du « Logement d’abord » : offrir le plus rapidement un hébergement pérenne aux sans-abris comme première étape de réinsertion et de sensibilisation. Et ça marche : le nombre de sans-abris diminue en France. Ce programme a permis depuis 2017 à un peu plus de 230 000 personnes qui étaient à la rue ou dans des centres d’hébergement d’accéder au logement. De plus, lors de la dernière Nuit de la solidarité, nous avons de plus constaté à Paris une baisse de 23 % du nombre de sans-abris.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut