France nation verte : nous lançons notre planification pour que la France réussisse sa transition écologique 

France nation verte : nous lançons notre planification pour que la France réussisse sa transition écologique

Nous voyons tous et toutes les conséquences du réchauffement climatique et des dérèglements climatiques dans notre quotidien sur la biodiversité et les écosystèmes, la sécurité de l’accès à l’eau et à l’alimentation, les infrastructures, la santé et le bien-être, ainsi que l’économie et la culture. Dans ce contexte, la France doit faire sa part pour atteindre la neutralité carbone en 2050 conformément aux engagements que nous avons pris lors de la COP21. Depuis 2017, c’est ce que nous avons fait en doublant la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la France par rapport aux quinquennats précédents. De 2022 à 2027, nous devons continuer l’effort et même l’amplifier car nous devons encore doubler le rythme de baisse des émissions. C’est dans ce cadre que la Première Ministre a présenté le plan France Nation Verte.

Il regroupe 22 chantiers qui s’articulent autour de six thématiques de la vie quotidienne : se déplacer, se loger, se nourrir, produire, consommer et préserver nos écosystèmes (les sols, les forêts, l’eau, les océans). Au-delà des questions climatiques, il nous faut avoir une méthode globale de la transition écologique et agir de manière coordonnée. C’est tout l’enjeu de la planification écologique. 

Pourquoi mettre en place une véritable planification écologique ? 

Planifier tout d’abord pour relever les 5 défis environnementaux d’avenir que sont :

La réduction de nos émissions de gaz à effet de serre et la neutralité carbone

➔ L’adaptation aux conséquences du changement climatique

➔ La restauration de la biodiversité

➔ la réduction de l’exploitation de nos ressources naturelles

La réduction de la pollution.

Il est également indispensable de planifier notre action écologique dans un contexte de crises de plus en plus nombreuses. Nos réponses aux urgences de court-terme comme les épisodes de sécheresse et d’inondations ou les problèmes d’approvisionnement et de hausse des prix de l’énergie accélérés par la crise en Ukraine, nécessitent des objectifs de long-terme.

Cette planification doit enfin nous permettre d’impliquer tous les acteurs locaux dans les décisions. Qu’ils s’agissent des collectivités, des entreprises et des citoyens, en renforçant cette implication collective, nous nous assurerons d’une mise en œuvre adaptée aux réalités et spécificités locales.

Dans ce cadre, un site internet sera d’ailleurs prochainement mis en ligne pour permettre à chacun de suivre l’avancement des mesures en toute transparence qui permettront d’atteindre les objectifs climatiques de la France.

Pour veiller à la bonne exécution des engagements pris par tous les ministères en matière d’environnement, la Première ministre a annoncé la création d’un Secrétariat général à la Planification écologique. Placé auprès d’elle, il sera chargé de coordonner l’élaboration des stratégies nationales en matière de climat, d’énergie, de biodiversité et d’économie circulaire.

Les détails des chantiers pour accélérer notre transition

Des mobilités plus vertes

Il s’agit notamment de sortir du tout-voiture en accélérant le développement des transports en commun et l’essor des mobilités actives, en particulier du vélo avec un renforcement du “plan vélo”, de rendre accessibles les véhicules électriques, d’accompagner la transformation du secteur aérien et de développer des alternatives à l’avion, notamment ferroviaires.

La sobriété énergétique

Le plan de sobriété a été présenté le 6 octobre 2022 par la Première ministre et la ministre de la Transition énergétique. Il vise à réduire la consommation d’énergie de 10% d’ici 2024. Il a été bâti grâce à la concertation, durant tout l’été, de tous les grands acteurs : les entreprises, les collectivités locales et, évidemment, l’État. Ce travail a permis d’aboutir à des dizaines de recommandations transversales comme sectorielles sur la sobriété énergétique.

À court terme, la mobilisation autour de ces mesures permettra d’éviter d’avoir à prendre des mesures plus contraignantes cet hiver. À plus long terme, ce plan est une première étape, car pour atteindre la neutralité carbone, la France devra réduire sa consommation d’énergie de 40 % d’ici 2050.

L’efficacité énergétique

Nous soutenons les Français pour leur permettre de réduire leur consommation : via le leasing social à venir et le bonus écologique, jusqu’à 7000 € pour les revenus les plus modestes afin de passer d’un véhicule thermique à un véhicule électrique ; via MaPrimeRenov’ qui permet de soutenir l’isolation des logements ; ou encore via différentes aides visant à sortir des dispositifs de chauffage aux énergies fossiles.

L’accélération massive du déploiement des énergies renouvelables 
Les énergies renouvelables sont des énergies propres, par nature inépuisables. Les objectifs de la France en la matière sont clairs : construire 50 parcs éoliens en mer et multiplier par 10 sa puissance solaire. Plus largement, développer toutes les énergies renouvelables : le solaire, l’éolien, le biogaz, la géothermie, l’hydroélectricité…

Pour y parvenir, tous les leviers sont activés : mobiliser les préfets et les services de l’État, mettre en œuvre des mesures réglementaires d’urgence et, enfin, un projet de loi examiné à partir d’octobre 2022 au Parlement. Il permettra notamment d’utiliser les terrains déjà artificialisés comme les parkings, les décharges et le bord des autoroutes pour y développer du photovoltaïque, d’accélérer les procédures de raccordement au réseau ou encore de mieux impliquer les citoyens avant l’installation d’un projet.

La relance du nucléaire

Grâce en particulier à son parc nucléaire, l’électricité produite en France est l’une des plus décarbonées au monde. 

Plusieurs chantiers sont entamés pour relancer une politique ambitieuse en matière d’énergie nucléaire : reconquérir la performance opérationnelle du parc nucléaire qui sera amené à être exploité tant que les conditions de sûreté le permettent ; mener à bien la

réforme du marché de l’électricité et la montée au capital d’EDF ; engager le nouveau programme nucléaire, avec un programme de construction de six nouveaux réacteurs et des premières mises en services au cours de la décennie prochaine. La relance de cette filière d’avenir va créer durablement des milliers d’emplois en France, avec des enjeux forts de recrutements et de formations qui vont mobiliser le ministère.

Une politique industrielle ambitieuse au service de la transition énergétique

Pour soutenir ses objectifs, dans le cadre notamment du plan France 2030 au travers duquel la France investit dans la décarbonation du secteur industriel, plusieurs actions sont engagées afin : d’assurer l’implantation industrielle des briques nécessaires à la transition (solaire, éolien, nucléaire…) ; de garantir l’approvisionnement en métaux et composants critiques ; de soutenir le déploiement du véhicule électrique, avec un objectif de 100 % de véhicules électriques produits en France d’ici 2035.

Lire d'autres articles

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut