Pour un plan ambitieux de mise en oeuvre de la Zone à faible émission de mobilités (ZFE) dans le coeur de la Métropole de Rouen

Le gouvernement et la majorité présidentielle ont instauré dans la loi d’orientation des mobilités l’obligation de zones à faible émission de mobilité (ZFE) pour les territoires ne respectant pas certaines normes de qualité de l’air. La Métropole de Rouen est un de ces territoires et doit mettre en place l’année prochaine une ZFE interdisant l’accès des véhicules les plus polluants. Faisons de cette obligation une opportunité de transition écologique en acte pour que notre territoire commence enfin une transition trop longtemps retardée.

Deux objectifs doivent guider la stratégie à l’échelle de la Métropole :

➔ Une transition progressive avec l’interdiction des véhicules diesel les plus polluants dès 2022 et de tous les diesel au 1er janvier 2025 en priorité dans les 3 communes du coeur de la métropole : Rouen, Petit-Quevilly et Sotteville-lès-Rouen

➔ Un accompagnement social et très important pour aider les foyers à changer leurs habitudes de mobilités

Voici la stratégie que je propose sur 5 ans :

La mise en place de cette ZFE doit s’accompagner de mesures d’accompagnement locales pour les ménages concernés, mesures qui doivent d’ailleurs être travaillées directement avec les habitants de la Métropole.

Nous pourrions par exemple imaginer la mise en œuvre de plus de stationnements, de parkings relais, d’une prime à la conversion de la Métropole pour acquérir un véhicule Crit’Air 1 ou 0 avec une super prime pour les ménages les plus modestes.

L’aide pour l’acquisition d’un vélo à assistance électrique de la Métropole, quant à elle, pourrait être pérennisée et doublée pour les ménages les plus modestes. Ces mesures seraient complémentaires de ce qui est travaillé par la majorité, notamment dans le futur projet de loi Convention citoyenne.

Lire d'autres articles

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut